vendredi 3 avril 2015

De l'autoportrait de Marcel Mouloudji au Mulâtre...



Il est arrivé que des fois, plutôt en off, un journaliste me demande ce que ça faisait d'être l'un des rares chanteurs 'de couleur' dans la chanson francophone. Ce serait mentir de dire que cela n'a pas posé de problèmes, au contraire. D'ailleurs, les obstacles viennent de tous les côtés. Mais soit on s'écroule devant les impasses, soit...et bien, on continue. Voilà. Et il suffit qu'un public, même réduit, mais fidèle, vous suive, pour vous permettre de continuer à tracer son chemin. En général, à ce genre de question, je réponds en disant que c'est peut-être le lot d'une certaine 'métisse solitude' et que longtemps avant moi, Marcel Mouloudji l'avait déjà brillamment évoqué dans son 'autoportrait'. J'avais à peine 23 ans quand j'ai découvert pour la première fois ce chanteur, mi-kabyle mi-breton et je me suis dit à l'époque : 'et bien, Jann, tu n'es pas tout seul'...

Jann Halexander




Enregistrer un commentaire